Le seul magazine virtuel spécialisé en Franchise au Québec
Accueil > Articles

Êtes-vous un « preneur » ou un « donneur »?

Ecrit par : Jean-Pierre Lauzier
2010-06-15
En tout temps, nous avons à prendre des décisions et ces dernières sont prises soit en fonction de notre propre bénéfice, c'est-à-dire en tant que « preneur », soit en fonction du bénéfice des autres, c'est-à-dire en tant que « donneur ». Fondamentalement, l’être humain est un « preneur », car il a besoin de se protéger des dangers. Par contre, on constate qu’en général, les personnes qui ont beaucoup de succès ont plus tendance à être des donneurs que des preneurs.

Un adage dit : « Si vous donnez beaucoup, vous récolterez beaucoup ». On est porté à croire que les personnes qui vivent dans l’abondance sont parmi celles qui prennent beaucoup parce qu'elles possèdent beaucoup de choses matérielles, mais c’est le contraire qui se produit. En fait, ces gens donnent beaucoup plus que la majorité de la population et je ne fais pas allusion uniquement à l’argent, mais surtout à la générosité dans leurs actions, leurs gestes, leurs intentions, etc.

Même si l'adage cité plus haut est bien connu de tous, peu de gens l’appliquent vraiment. Pourquoi? Parce qu'ils sont trop pressés de récolter et leur égo est tellement fort et prend tellement de place qu’ils ne peuvent concevoir devoir patienter avant que la semence ne se développe pour en récolter les fruits. Ils préfèrent tirer sur le plant pour qu’il pousse plus rapidement et il va de soi qu'une telle façon de procéder n'apporte ainsi aucun bon résultat.

Avant d’aller plus loin, regardons la définition des termes « preneur » et « donneur ». Un « preneur » est quelqu'un qui pense à lui en tout premier lieu, c'est-à-dire à ses propres besoins, à son égo, à son amour-propre et à ses propres intérêts. Évidemment, il lui arrive d'aider les autres, mais ses pensées et ses actions sont beaucoup plus orientées vers son MOI. Un « preneur » est une personne qui fait ce qui est bon pour elle sans prendre le temps de réfléchir aux conséquences parfois néfastes que ses actions peuvent générer chez les autres.

Un « donneur » est quelqu’un qui pense d’abord à autrui, qui milite en faveur du bien-être des autres avant de penser au sien. Ceci ne veut pas dire qu'il doit aller jusqu'à agir en esclave et exécuter les désirs des autres à son propre détriment. Un « donneur » est quelqu'un qui fait ce qui le passionne en rendant service aux autres, à la collectivité ou à l’organisation pour laquelle il travaille, tout en développant, chez lui, une expertise qui apporte beaucoup de valeur aux gens.

Vous, en tant que client, est-ce que vous préférez traiter avec un « preneur » ou avec un « donneur »? Il est évident que vous désirez faire des affaires avec un « donneur » qui a vos intérêts à cœur et non pas avec un « preneur » dont le seul but est de faire un profit avec vous. Les produits et les services d’une entreprise à l’autre se ressemblent beaucoup et il leur est de plus en plus difficile de se différencier. Dans les années à venir, les organisations qui dégageront un sentiment sincère de vouloir aider le client en lui apportant beaucoup de valeur grâce à une expertise supérieure seront celles qui réaliseront la plus forte croissance.

C’est la même chose dans votre vie personnelle. Laissez-moi vous citer un exemple. Si mon voisin me demande de lui donner un coup de main pour installer de nouvelles armoires de cuisine, je pourrai sûrement l'épauler, mais comme mon expertise dans ce domaine est limitée et que la valeur que je peux lui apporter est faible, alors le résultat pourra être également faible. D'un autre côté, il pourrait me demander de l'aide pour aller chercher de la clientèle et, comme je suis consultant en vente, mon domaine d’expertise, alors là, c'est dans cet aspect que je peux vraiment lui apporter beaucoup plus de valeur. En l’aidant de cette façon, les résultats seront beaucoup plus significatifs autant pour lui que pour moi.

Lorsque vous agissez en « donneur », il arrive parfois que certaines personnes veuillent abuser de votre bonté et de votre générosité, mais elles demeurent en minorité. Essayez de les détecter rapidement et limitez vos interventions avec elles. Ne faites pas l'erreur de rejeter, du revers de la main, une attitude de « donneur » à cause de quelques individus sans scrupules qui essaient de vous exploiter.

Comprenez-moi bien, la bonté et la générosité dont je vous parle ne consistent pas à offrir vos produits ou vos services gratuitement. L'approche que je vous propose vous permettra même, si vous le désirez, d’être le plus cher sur le marché et d'acquérir beaucoup de clients. Pour que cette approche soit efficace, votre objectif premier ne doit pas être financier, mais plutôt celui d’aider les gens en vertu de votre haut niveau d’expertise et à travers la valeur que vous leur apportez.

Avec tous les événements de corruption dont on entend parler de gauche à droite, on a tendance à croire que les « donneurs » sont de plus en plus rares et qu’il y a de plus en plus de « preneurs », mais la satisfaction ne s'acquiert pas dans la quantité d’argent que vous êtes capable d’accumuler; elle se trouve plutôt dans le bonheur que vous générez autour de vous en étant un « donneur », et c’est là que se trouve une véritable vie abondante.

Faites-vous un devoir d’être plus un « donneur » qu’un « preneur » et, tôt ou tard, vous recevrez beaucoup plus que ce que vous avez donné. Si cette équation ne fonctionne pas pour vous, c’est probablement parce que vous croyez être un « donneur » alors qu'en fait, vous êtes un « preneur ».

Bon don
Jean-Pierre Lauzier

Conférencier, formateur, expert-conseil
JPL Communications inc.