Le seul magazine virtuel spécialisé en Franchise au Québec
Accueil > Articles

LA GESTION DES STOCKS EN FRANCHISE: À QUI REVIENT LA RESPONSABILITÉ DE RÉALISER DES BÉNÉFICES OU SUBIR UNE PERTE? (PARTIE 1)

Ecrit par : F. Georges Sayegh
2018-08-08

Lorsque nous pensons franchise, nous ne pouvons passer outre la définition de base qui consiste à définir qu’il s’agit là d'une véritable stratégie d'entreprise qui permet de développer un réseau d'établissements dans les secteurs commerciaux et industriels. Tout cela en s'appuyant sur les divers leviers de marketing, d'aspects financiers, d'aspects opérationnels, et de ressources humaines, qui doivent être innovateurs. Ceci s'opère par le transfert d'un savoir-faire qui est lui-même original, distinctif, reproductible, protégeable, performant, et, tout à la fois transférable et durable, ce qui assure l’expansion autant que la pérennité. Le franchisage fait également appel à des entrepreneurs indépendants qui désirent se regrouper sous une ou plusieurs enseignes communes, par une démarche de marketing cohérente et complète, visant un sain partage des bénéfices. Ce partage de bénéfices comporte une formule de rémunération réciproque pour les services rendus ou obligations remplies. Tout cela dans une formule que le franchiseur doit constamment contrôler et améliorer. C’est ce que les parties (franchiseur et franchisé) s'attendent à mettre dans un écrit commercial régissant adéquatement et exhaustivement leur relation commerciale. Il s’agit là du contrat de franchise.

Un des éléments que nous examinerons dans cet article couvre la gestion des stocks d'une façon saine et rentable. Pour ce, nous nous référons alors aux matières premières, aux produits en cours de fabrication et / ou aux produits finis qui sont considérés comme faisant partie des actifs d'une entreprise qui sont prêts ou seront prêts à être vendus. Ce stock de produits représente l'un des actifs importants d'une entreprise.

L'application de techniques allégées, tels que l'organisation simple du travail, l'utilisation de la stratégie d'attraction «pull strategy» pour gérer le réapprovisionnement, l'élimination des goulots d'étranglement dans toute la chaîne logistique, l'élimination du gaspillage, le gaspillage de temps, contribuent directement à améliorer la gestion globale de l'entreprise.

Peu de secteurs ont connu de tels changements sismiques au cours des dernières décennies, tel que l'explosion des magasins de ventes au détail. La consommation privée dans le domaine de la vente au détail de briques et de mortier a diminué de façon constante depuis les années 1990, où elle était d'environ 40%, et où elle est aujourd’hui à moins de 30%. Par ailleurs, les revenus ont stagné. La croissance explosive du commerce de détail en ligne a vu les demandes des clients se révolutionner, ceux-ci ayant des attentes grandissantes de disponibilité, d'informations et d'achats et ce24/7. Ceci a eu pour effet, une sensibilisation accrue aux prix et une diversité des produits

L'importance de la gestion des stocks est plus importante aujourd'hui que jamais. Et elle le devient de plus en plus. Elle couvre entre autres quatre principes (la planification des ventes, la gestion du cycle de vie, l'actualisation et la vente de feu) chacun visant à optimiser le flux à chacune des étapes du processus, de la logistique des produits du fabricant ou du fournisseur à l'entrepôt central, en passant par la logistique de livraison et enfin de mettre la marchandise sur les étagères du magasin.

En adoptant une vision holistique de l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement - depuis la planification des tendances saisonnières jusqu'à la vente de la marchandise au client, chacun de ces quatre principes aident à mettre en place un processus de vente au détail Optimisé, Profitable et Durable.

La planification des ventes, la gestion du cycle de vie, l'actualisation et la vente de feu à travers des «zones de compensation» - un contrôle et une gestion plus stricte de l'ensemble du processus de vente, éliminent le gaspillage à chaque étape. La logistique optimisée et le réapprovisionnement des stocks juste-à-temps (Just in time) contribuent à réduire les besoins de capacité de stockage ainsi qu’à réduire, ou même éliminer les ruptures de stock. Le résultat net de toutes ces améliorations est nettement constaté sur la ligne de front – là où le personnel de vente au détail est libéré de ses fonctions de gestion des stocks et de marchandisage (merchandising) pour faire place à son travail principal : celui de servir le client. Ainsi, la vente au détail optimisé «Lean Retail» - comme pour tous les autres secteurs - place le client au premier rang. En donnant un meilleur service i.e. mieux personnalisé l'aspect de vente au détail optimisé «Lean Retail».

À qui revient cette lourde tâche, dans un contexte de franchise?

Tel que nous avons décrit précédemment, la bonne gestion des stocks est cruciale pour la croissance de l'entreprise. Tout comme le flux de trésorerie, le stock de marchandise peut aider l'entreprise à croitre ou avoir l'effet inverse sur ses bénéfices. La gestion des stocks fait partie de ce processus. Une bonne gestion des stocks permet d'économiser de l'argent de plusieurs façons, soient :

Évitez la détérioration

Si un produit portant une date d’expiration doit être vendu, tels que de la nourriture, des produits cosmétiques ou des médicaments, pour ne nommer que ceux-là, il y a de fortes chances que des problèmes surviennent si le produit n'est pas vendu à temps. La gestion de l'inventaire permet d'éviter toute détérioration inutile.

Évitez le stock mort

Le stock mort est un stock qui ne peut plus être vendu, mais pas nécessairement parce qu'il a expiré. Il peut s'agir de marchandise qui n'a pas été vendue à la fin d'une saison ou à la période où elle doit être vendue (ex. : les produits saisonniers qui n'auraient pu sortir à la fin de la saison à laquelle ils sont destinés (Noël, Halloween, stock d'été, stock d'hiver, jardinage, BBQ, etc.) ou devenir autrement non pertinents. Avec une meilleure gestion de l'inventaire, l'on peut éviter les stocks morts.

Économisez sur les coûts de stockage

L'entreposage est souvent un coût variable, ce qui signifie qu'il fluctue en fonction de la quantité de produits que l'on stockque. Lorsque l'on stockque trop de produits en même temps ou que l'on se retrouve avec un produit difficile à vendre, le coût de stockage augmentera. Dans un pareil cas, il faut éviter une telle situation afin de réduire au minimum le coût du stockage. En d’autres termes, il vaut mieux vendre ce produit au coût ou, à la rigueur, en bas du coût, plutôt que de stocker la marchandise jusqu'à l’année suivante.

En gestion, en comptabilité et en finance, nous étudions que la bonne gestion des stocks améliore les flux de trésorerie. Par ailleurs, il faut garder à l'esprit que le stock est un produit qu'il faut probablement payer en 30 jours ou à la rigueur en 45 jours ou, sinon il faut le financer à même sa ligne de crédit jusqu'à un pourcentage allant de 50% à 60% (mais que s'il est stocké dans l'entrepôt, cela affectera la marge bénéficiaire brute et du même fait empêchera ainsi d'utiliser cette marge pour acheter d'autres produits qui génèrent des revenus supplémentaires par la rotation des stocks de tels produits.

C'est pourquoi il est important de gérer convenablement les stocks de produits car ils affectent à la fois les ventes et les coûts appropriés des stocks (en dictant combien il faut vendre), et les coûts appropriés (en dictant ce qu'il faut acheter). Ces deux facteurs influent grandement les flux de trésorerie.

Ce qui confirme que lorsque l'on dispose d'un système d'inventaire solide, l'on peut calculer avec précision quelle quantité de produits doit être maintenue en fonction des ventes. Du coup, ceci permet de prévoir quand il y aura un manque de stocks pour s'assurer de le remplacer à temps. Non seulement cela assure de ne pas perdre de ventes (ce qui est essentiel pour les flux de trésorerie), mais cela aide également à planifier d'avance pour acheter plus afin de s'assurer d’une meilleure rotation des stocks générant ainsi plus de bénéfices.

C'est à ce moment que le rôle du franchiseur entre en ligne de compte. Il va analyser ses unités pilotes afin de développer les outils de gestion, ainsi que les techniques permettant de ressortir les marges bénéficiaires en décomposant les niveaux de stocks selon les différentes unités de gestion des stocks ; ou SKU permettant par exemple, de déterminer la rentabilité des T-shirts bleu, blanc, rouge et de tailles petites, moyennes, grandes, extra larges, etc. De plus, les fabricants mélangent et assortissent leur stock en allouant un code d'identification de produits et de services pour un magasin ou un produit. Ce code est souvent représenté par un code à barres lisible par machine, ce qui permet de suivre l'article dans l'inventaire afin de maximiser les ventes et personnaliser un assortiment pour différentes régions ou d'autres zones de marché.

Tel que décrit précédemment, le franchiseur avec l'aide du fabricant, peut établir des niveaux de stocks pour aider le franchisé à rentabiliser son niveau de stocks. En outre, le franchiseur extrait des renseignements de ses unités pilote afin de ressortir les statistiques qui lui sont disponibles à même la base de données des caisses électroniques. Ceci dit, le franchiseur offrira au franchisé les outils de gestion et de comparaison l'aidant ainsi à établir son niveau minimum et maximum de stocks que le franchisé devra maintenir afin de rentabiliser son exploitation de manière saine et profitable.

En contrepartie, le franchisé de son côté devra à son tour appliquer de telles informations afin de suivre ses opérations de manière éclairée.