Le seul magazine virtuel spécialisé en Franchise au Québec
Accueil > Articles

les Réfugiés d'entreprises - Assurer leur avenir prospérer en temps de crise.

Ecrit par : M-Four International
2006-04-15

Tandis que les « restructurations d’entreprises » continuent à bouleverser les vies de millions de Nord-américains, le travail autonome est en train de devenir une alternative de plus en plus réaliste au travail d’employé rémunéré… et on parle d’ailleurs de « révolution silencieuse » et de renouveau de l’esprit entrepreneurial.

Alors que les entreprises font face à une concurrence globale féroce et s’automatisent de plus en plus, celles-ci se désagrègent… et la tendance à faire appel à une main d’œuvre temporaire et à sous-traiter reste très présente… et d’est en ouest, le problème du chômage ne cesse ne gagner du terrain.

Selon une déclaration de Développement des ressources humaines Canada : « En 1997, on comptait presque 1,5 million de travailleurs autonomes à leur propre compte au Canada, représentant presque 10 pour cent du total de la population active. Entre 1976 et 1995, ce nombre a presque doublé, alors que l’emploi total a augmenté de moins de 40 pour cent au cours de la même période. 

L’incidence croissante des travailleurs autonomes à leur propre compte a été observée aussi bien chez les hommes que chez les femmes, dans tous les groupes d'âge et dans toutes les industries et dans toutes les catégories de groupes professionnels, excepté l’agriculture. Dans les années 1990, le phénomène concerne également tous les niveaux d’étude et s’est manifesté dans toutes les régions.

La croissance du travail autonome au cours des vingt dernières années peut s'expliquer par le développement continu du secteur des services, un secteur qui offre davantage de possibilités aux travailleurs autonomes. D’après certains observateurs, on remarque un changement qualitatif dans le profil du travailleur autonome. On compte maintenant davantage de gestionnaires hautement qualifiés et de membres de professions libérales parmi les travailleurs autonomes. »

Les événements épouvantables, tels que ceux qui se sont produits le 11 septembre 2001, ainsi que les catastrophes naturelles et les facteurs afférents à la globalisation de l’économie, etc., ont changé notre mode de vie et notre façon de planifier l’avenir. Il est par conséquent de la plus haute importance d’apprendre à réfléchir différemment et d’agir avec diligence et de ne pas laisser son estime personnelle ou la confiance en soi se détériorer.

La plupart des « réfugiés d’entreprises » nord-américains ont un niveau d’études élevé, sont très travailleurs et très performants et sont à présent susceptibles d’être déplacés. Ils se trouvent donc à présent en transition. Le modèle paternaliste de l'emploi de longue durée est mort et enterré et ils se retrouvent à présent dans le monde froid et cruel de ceux qui se retrouvent prématurément et involontairement à la retraite. Les cadres mis à pied ont à présent besoin de plus huit mois en moyenne pour retrouver un nouveau poste et les moins jeunes d'entre eux sont susceptibles de ne jamais retrouver de poste. Le cas échéant, les indemnités offertes sont bien souvent réduites de façon importante.

La prolifération de main-d'oeuvre qualifiée bon marché telle qu’ingénieurs, analystes de système ou que sais-je encore en provenance de Chine et d’Inde contribue à l’effritement de la stabilité et de la sécurité de l’emploi pour les cols blancs (employés de bureau).

 

Credo d’un réfugié d’entreprise

La fausse sécurité d'une entreprise
Ne prendra jamais le contrôle de ma vie
J’ai confiance en moi
Et en ma capacité à continuer
D’offrir, à mes proches et à moi même,
Un mode de vie confortable et relativement aisé

 

Dans une société qui évolue rapidement et qui n’offre plus de sécurité d’emploi, les personnes ingénieuses prospéreront en travaillant pour une entreprise appelée MOI INC. Elles doivent rassembler leur énergie pour assurer un avenir qui pourrait signifier, entre autres, de diriger leur propre entreprise. La révolution entrepreneuriale a visiblement fait son chemin et des millions de Nord-américains exploitent maintenant leur propre entreprise commerciale. Ceci entraîne d’importantes répercussions sur leur environnement immédiat, qui peut ainsi profiter de leurs connaissances, de leurs idées et de leur expertise, contribuant ainsi à transformer des secteurs de l’économie étant restés longtemps en friche.

Pour la première fois, une élite de gestionnaires et de professions libérales qualifiés et expérimentés est libérée des attaches l'aliénant à une entreprise en particulier pour plonger dans un océan de start-ups et de petites entreprises. Bon nombre d’entre eux découvrent que le franchisage et la concession de licence peuvent constituer une stratégie intelligente pour créer sa petite entreprise et s’assurer un revenu personnel confortable en temps de crise. En choisissant de faire appel à une organisation de licence de franchise professionnelle, ils investiront dans un concept d’entreprise ayant fait ses preuves et bénéficieront de l’assistance continue du franchiseur/du concédant de licence pendant les phases critiques de l'exploitation.

Afin de répondre aux besoins de nombreux Nords américains en quête de nouvelles possibilités d’affaires comme mode de réorientation de carrière, l'Interface Financial Group (Groupe Financier Interface) a introduit au Canada un nouveau degré de professionnalisme et de raffinement dans l'exploitation d’une entreprise « à domicile » en apportant une solide aide financière aux victimes de la rigidité des entreprises, à savoir un programme de franchisage de développement de réseaux.

Créé en 1971, avec 30 ans de recherches intenses à son actif et des bureaux dans le monde entier, l'Interface Financial Group (Groupe Financier Interface), continue à concentrer ses efforts pour offrir à ses clients l’alternative de financement la plus novatrice, la plus facile d'utilisation et la plus rentable pour ses utilisateurs. Cette alternative s’appelle l’« escompte de facture ». Interface n’est pas une entreprise proposant des services complets d'affacturage, mais insiste davantage sur une approche personnalisée en fonction des besoins des petites et moyennes industries de service et manufacturières ainsi que ceux des importateurs et des exportateurs lorsqu’il s'agit de financer leur croissance.

Selon le président de l’Interface Financial Group (Groupe Financier Interface), T. Banfield : « Pour établir une organisation internationale avec des bases solides, nous recherchons des personnes ayant le capital, les compétences et l’état d’esprit adéquat et devant à présent se tourner vers une nouvelle carrière... des personnes se démarquant par leur engagement, la constance de leur éthique de travail et ayant un profil professionnel et d'affaires, et qui pourraient apporter une aide inestimable aux petites entreprises pour lesquelles le « flux de trésorerie » est essentiel… des personnes pouvant devenir des partenaires d’une occasion d’affaires ayant fait ses preuves et pouvant leur rapporter des rétributions financières très généreuses. »

Après tout, les perspectives des réfugiés d’entreprises d’aujourd’hui sont peut-être très prometteuses…

Janvier 2006

Intégralité du contenu Copyright ©2006 M-Four International. Tous droits réservés.